May 192021
 

   Suite à un mauvais jugement, un jeune collégien s’est retrouvé seul face à la justice.

Pour le faire réfléchir, j’ai proposé de faire une petite BD afin d’illustrer sa situation et lui montrer comment apprendre de ses erreurs.

Nous avons discuté sur l’importance de prendre le temps avant de prendre une décision et surtout de se souvenir de ces mauvais moments 

afin de ne pas se retrouver à nouveau dans cette situation difficile.

   Pour ce faire, j’ai fait appel à une étudiante en art et à trois, sur plusieurs semaines, nous avons créé cette BD.

 Elle est imprimée sur du carton, en 2 par page et recto-verso.

 

                                                 §————§————-§———–§

 

BDpaolo1 BDpaolo2 BDpaolo3

 May 19, 2021  Posted by  Book Projects No Responses »
May 192021
 

J’ai joué pour tenter de comprendre le jeu

Les propos d’un étudiant en Licence Informatique au sujet du jeu virtuel Minecraft m’ont intriguée et je me suis proposée de découvrir ce sujet à succès planétaire. Je travaille comme éducatrice auprès de jeunes en difficulté scolaire ou sociale donc tous les moyens pour entrer en lien sont bons.

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque, en l’espace de quelques jours, je me suis retrouvée accroc ! Après avoir été tuée nuit sur nuit par zombies, squelettes, araignées géantes etc, on m’a expliqué qu’il fallait un lit pour survivre et que pour fabriquer un lit, il fallait trouver des moutons. Je me suis donc mise en quête de moutons. Puis je devais miner de la pierre et du charbon pour fabriquer des outils plus solides que le simple bois et avancer dans ce jeu de survie.

Mon mari m’entendait crier « Il me faut DE LA LAINE…. POURQUOI JE NE TROUVE QUE DES COCHONS ET PAS DES MOUTONS ?? » Il me demandait s’il devait commencer à s’inquiéter. Allais-je réellement devenir une énième victime du jeu virtuel?

Trois semaines plus tard, j’affiche avec fierté une belle maison avec un lit, un four et des outils, ainsi qu’un enclos fleuri et une vache qui me donne du lait, trois poules qui me donnent des œufs et du blé à foison. Je dors et je mange tous les jours. Je suis prête, me dit-on, à passer à la suite: le dressage de chevaux par exemple, l’exploration sous-marine à la recherche de trésors ou bien encore le troc avec des villageois éloignés.

Extraordinaire ! Magique ! Que du bonheur que de se perdre dans ces forêts cubiques où on va de danger en danger mais aussi de merveille en merveille. Avec d’autres jeunes, je suis partie avec enthousiasme à la découverte d’autres jeux : Fortnite, bien sur, Warframe, League of Legends…. Quelle complexité ! j’ai même rejoué à Mario Kart – un bijou !

Rapidement j’ai vu des liens avec l’accompagnement de personnes fragiles, addict aux écrans ou aux jeux:

– aspiration dans cet univers écran-souris-clavier

– rapport à l’effort et gratification instantanée

– zone de confort et intolérance à la frustration

– évitement et isolement social

J’ai appris que, comme dans la plupart des jeux, plus on joue, plus on avance. Il faut donc jouer encore plus !Ces jeux sont conçus pour garder le joueur en ligne le plus longtemps possible. Tout un système de points et de niveaux est mis en place1, avec en parallèle des skins ou des avantages qu’on peut « s’acheter » avec nos points. On ressent le besoin de jouer tout le temps afin de pouvoir accéder au niveau supérieur. Je me suis retrouvée au milieu de la journée à planifier de manière précise les étapes que j’accomplirai pour partir à la recherche d’un nouveau village et j’avais hâte de me retrouver devant l’écran le soir pour les mettre en place. Je peux facilement imaginer un jeune, jouant 4 à 6 heures par jour, penser à sa stratégie lorsqu’il est au collège ou lors du repas en famille. Il est physiquement présent, mais dans sa tête, il est dans son jeu. Comme nous ne sommes pas tous égal devant le jeu et les addictions, certains tombent dans la dépendance : aspiré par cet univers de gratification instantanée, ils ne peuvent plus se passer de leur univers numérique et décrochent des exigences scolaires.

Il en est de même pour les réseaux sociaux. De nombreuses études démontrent comment les algorithmes s’améliorent de mois en mois pour influencer notre niveau de dopamine2. YouTube et Tik Tok nous montrent ce que nous voulons voir. Un jeune qui passe des heures à naviguer de clic en clic perd toute capacité de jugement, voire même de réflexion et croit tout ce qu’il voit. « Si, si ! Je te promets, je l’ai vu sur You Tube !! »

De même, ces mondes dans lesquels les jeunes recherchent la facilité ou le réconfort réduisent le développement de la gratification à retardement. Quand on leur dit « Tu fournis un effort maintenant mais tu ne verras le fruit de ton labeur que dans un mois ou deux », ils nous rient au nez. Cet effort est devenu trop difficile pour l’adolescent qui préfère retourner dans son monde de clic-réaction instantanée.

L’aspect financier a toute son importance. Les jeux video représentent un marché de plus de 150 milliards de dollars, You Tube gagne de l’argent à chaque visionnage imposée de publicité. TikTok explose sur le marché.3 L’adolescent n’a pas la maturité de s’extraire de cette addiction, ni la force de se battre contre une telle industrie pesant tant de milliards de dollars. Nous non plus d’ailleurs… les séries Netflix sont conçues et écrites pour durer dans le temps. Par exemple, l’adaptation d’une œuvre classique, comme La Servante Ecarlate de M. Atwood, passe de 300 pages écrites à quatre saisons / 41 épisodes, c’est-à-dire près de quarante heures de visionnage télévision.

Pour revenir à l’addiction aux jeux vidéo, elle a été reconnue officiellement par l’OMS en 20184. Elle est réelle, et très difficile à en sortir, comme la drogue ou l’alcool. Contrairement à la drogue, elle est légale et contrairement à l’alcool, sa publicité est légale.

Il n’y a pas de baguette magique, ni de solution rapide. En amont, la famille peut imposer dès un jeune age une limite du nombre d’heures d’utilisation des écrans. Il est très fortement recommandé d’utiliser le contrôle parental, sans négociation. Nous, éducateurs, nous pouvons imaginer un accompagnement varié, tourné vers le monde extérieur: une fois le lien créé et la confiance instaurée, nous pouvons proposer des sorties, des activités physiques et créatives, tout ce qui permet au jeune de sortir de l’univers numérique et le faire travailler le développement ordinaire d’un adolescent, bouger, découvrir, tomber et se relever pour recommencer. Je suis tentée de dire que si l’addiction est avérée, la scolarité devient secondaire face à l’importance d’aider le jeune à en sortir.

PS – J’ai arrêté de jouer à Minecraft au bout de trois mois, aidée par l’arrivée des beaux jours, la réouverture des terrasses et surtout une bonne dose d’auto-motivation vis-à-vis de la futilité de perdre tant d’heures devant un écran.

Marijke Bryden, moniteur-éducateur

Article publié sur https://dubasque.org/jai-joue-pour-tenter-de-comprendre-laddiction-aux-jeux-virtuels/

1 Extrait du Guide nouveau joueur sur Warframe. [XP = experience points]

(https://infinity-area.com/guides/guide-du-nouveau-joueur-partie-1)

L’XP est essentielle et au centre du Gameplay !  Pour avancer dans votre aventure il sera plus que nécéssaire d’en acquérir !  Et croyez moi, vous n’en avez pas fini des heures de farms ! […] Après avoir terminer “l’introduction” du jeu, vous allez alors rentrer dans le vif du sujet !  Vous allez devoir alors débloquer uns à uns, les différents outils de votre Orbiteur, mais aussi commencer à reprendre le Système des mains des différentes races hostiles aux Tennos ! Et pour cela vous allez devoir gagner en puissance, Monter vos Warframes, vos armes puis en acquérir de nouvelles et recomencer ! Encore ! Encore !  Encore ! ET EEENCOOOOREEEE ! OUIIII LE L’XP ! 

2https://www.unidivers.fr/reseaux-sociaux-dopamine/

3https://blog.digimind.com/fr/agences/tiktok-chiffres-2019-france-monde

4https://lebonusagedesecrans.fr/2018/06/23/18-juin-2018-loms-reconnait-laddiction-aux-jeux-video/

 May 19, 2021  Posted by  Book Projects No Responses »
Oct 162015
 

Flag_UK

Sports camp in Cannes! is my second book. Synopsis

It is not yet complete, but I can let you know the story.

Two teenage Californian sisters are literally (well not quite) dropped into the hills behind Cannes where their parents have signed them up for an intense sports camp. They speak a little French and are quite sporty. They are unprepared for the gruelling exercises imposed by the trainers and they are very much unprepared for the fun and fit attitude of their French partners.

The situation tenses when the two sisters react differently: one blends in while the other, in her basic high-school French, tries to sabotage the week.

Audience: 11 – 14 year old

 Sports camp in Cannes!  October 16, 2015  Posted by  Book Projects No Responses »
Oct 012015
 

Cruising in Villefranche est mon premier livre. ( voir sur Amazon & Smashwords ) 

C’est l’histoire d’un garçon de 12 ans qui s’appelle Jake. Il vient d’une petite ville au sud de Londres. Sa mère, francophile et ambitieuse, vient d’obtenir un contrat de 6 mois à Nice et elle souhaite que son fils profite de cette formidable opportunité. Son père, moins intéressé, essaie de se montrer pragmatique, mais il a bien du mal. Jake, quant à lui, n’aime pas l’étranger, les étrangers, les choses étranges. Il aime sa ville natale, ses copains et son club de foot. Il apprend le français à l’école, il est assez doué pour les langues, mais il n’a aucune envie de parler à des vrais français.

Les premiers jours de leur arrivée, il n’aime rien et ne veut parler à personne. Mais petit à petit, le petit port de Villefranche ainsi que son eau extraordinairement claire et limpide finissent par le sortir de sa mauvaise humeur. Il commence à rencontrer des jeunes de son age.

Public: 9 – 12 ans


Cruising in Villefranche
is my first book. (see on Amazon & Smashwords)

Jake is a twelve-year-old boy, who comes from a small town south of London. Jake’s francophile and ambitious mother has a 6-month posting in Nice and wants her son to benefit from the cultural experience. His Dad, more laid-back, tries to be pragmatic about it, but finds it difficult. Jake doesn’t like foreign people or places. He likes his home town of Horsham, his mates and his football club. He’s learning French at school and although he seems to have a flair for languages, he has no interest in actually speaking to real French people.

At first he resents everyone and everything, but the extraordinary clear blue refreshing water of the Villefranche bay slowly draws him out of his shell. He starts to change and before long it is him leading his Dad’s life.

Audience: 9 – 12 year old


Sports camp in Cannes! est mon deuxième livre, 
pas tout à fait encore terminé

Pour la jeune Bree, âgée de 14 ans, c’est une aventure extraordinaire: elle communique en français avec des vrais français, ils font du VTT dans la forêt, du canoë entre les îles et des courses d’orientation nocturnes dans des vieux villages médiévales. La californienne apprécie les qualités de ses co-équipiers et, inévitablement, les sentiments de belle fratrie font place à l’amour.

Pour sa grande sœur, Haley, âgée de 15 ans, c’est un cauchemar: sa mère fait du shopping à Cannes pendant que les filles doivent faire des kilomètres à vélo, gravir des montagnes à pieds, déchiffrer des énigmes dénuées de sens et tout ça dans la langue de Molière avec des français qui se croient les plus forts.

Les jeunes français, quant à eux, sont enchantés de découvrir des vraies américaines. Ceux qui maîtrisent un peu l’anglais se sentent chanceux de pouvoir faire équipe avec elles. Le raid sportif se passe ainsi dans l’effort et la bonne humeur générale, les raideurs se surpassent tous les jours un peu plus et comptent les points avant la grande finale.

C’est peut-être une belle histoire de sport et de communication, mais Haley ne va pas les laisser s’en sortir aussi facilement. Elle commence à concocter un plan pour que ses parents regrettent leur décision et que l’amour naissant entre sa sœur et le beau Max ne puisse voir le jour.

Sports camp in Cannes! is my second bookSynopsis

It is not yet complete, but I can let you know the story.

Two teenage Californian sisters are literally (well not quite) dropped into the hills behind Cannes where their parents have signed them up for an intense sports camp. They speak a little French and are quite sporty. They are unprepared for the gruelling exercises imposed by the trainers and they are very much unprepared for the fun and fit attitude of their French partners.

The situation tenses when the two sisters react differently: one blends in while the other, in her basic high-school French, tries to sabotage the week.

Audience: 11 – 14 year old

 

 Cruising in Villefranche  October 1, 2015  Posted by  Book Projects No Responses »